Interrogé par notre rédaction à l’orée du nouvel an, le président de la section Ligue des Droits de l’Homme du Mans dénonce sans ambages la marginalisation des droits humains au Mans. Il accuse les autorités de manquer de volonté politique.

Antoine Boutet ne fait pas les choses dans la dentelle. Pour lui, les années se suivent et se ressemblent pour les Droits de l’Homme.  »La violation des Droits des migrants », explique-t-il, confirme une tradition de négligence coupable. Il pointe du doigt les autorités taxées de ne pas accompagner et relayer les actions de promotion des droits humains.

Regrettant l’absence de collaboration franche de la part des autorités, le président de la section Ligue des Droits de l’Homme du Mans se félicite toutefois des actions engagées ces derniers mois sur le front de la protection des droits humains.  »la célébration du 70ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’Homme », illustre l’engagement résolu de la LDH à transcender les difficultés rencontrées sur le terrain, se réjouit-il. Antoine Boutet s’appuie également sur les partenariats tissés avec d’autres organismes à la faveur de rencontres tels que les Etats généraux des migrations.

Malgré une détermination à toute épreuve,  »le chemin pour le respect des droits de l’Homme est semé d’embûches », reconnaît-il volontiers. Qu’importe, Antoine Boutet annonce pour cette année plusieurs actions d’envergure pour faire porter l’étendard de la section LDH du Mans sur le prisme du triomphe des droits humains.